Recherche

Cosmelaetique

la cosmétique selon Laeti

Laeti, parle nous de l’huile d’Argan.

Bonsoir mes cosméti-lecteurs,

Après quelques semaines, je suis de retour avec une invitation au voyage en vous souhaitant mes meilleurs vœux de bien-être pour 2017 !

Une invitation au voyage hum hum… où nous emmènes-tu Laeti ? Et bien je vous emmène au Maroc sous un arbre, plus précisément un arganier pour vous parler d’une merveilleuse huile aux milles vertus (enfin mille je ne sais pas mais au moins une bonne dizaine) : l’huile d’argan (ou huile d’argane).

Choisissez là en fonction des critères suivants :

  • Pure 100% huile d’argan (pour 100% de ses bienfaits)
  • Extraite à froid
  • Dans un flacon en verre portant toutes les mentions légales (date limite d’utilisation, adresse du fabricant…)
  • Le prix : méfiez vous des trop bonnes affaires, c’est une huile très prisée et tendance, en moyenne 50 ml valent une dizaine d’euros pour un produit de bonne qualité.

L’huile d’argan est riche en Oméga-6, en Oméga-9, en tocophérols (vitamine E au pouvoir anti-oxydant), en squalène (lipide proche du sébum de la peau) et en acides gras.

Ce secret de beauté oriental s’utilise seul, de la pointe des cheveux au petit orteil, avec pour objectif principal de réparer les dommages du temps. Les peaux matures l’utiliseront le soir sur le visage pour son pouvoir anti-âge, les cheveux abîmés reprendront des forces et les ongles cassants adoreront son pouvoir réparateur.

Une goutte d’huile d’argan dans n’importe quel produit de beauté pourra être utilisée pour renforcer ou compléter son action (exemple : dans son masque cheveux pour son pouvoir nourrissant ou sa crème de nuit pour son action régénérante).

Enfin pour un masque de beauté visage maison qui vous donnera l’air de revenir vraiment d’un séjour reposant au Maroc, mélangez deux cuillères d’argile en poudre (blanche de préférence), une cuillère d’eau de rose ou de fleur d’oranger et une autre d’huile d’Argan. Vous pouvez également y ajouter deux gouttes d’une huile essentielle adaptée à vous et à vos besoins (rose, ciste, néroli…), dans ce cas, un petit test de la préparation au creux du coude est toujours préférable au risque d’avoir l’air de revenir de vacances… avec un coup de soleil.

J’espère que ce voyage vous a plu et je vous invite à le prolonger à la maison.

Je reviens vite, d’ici là prenez soin de vous.

Cosmétiquement,

Laeti.

Laeti, l’acide hyaluronique c’est vraiment magique ?

Bonsoir chers cosméti-lecteurs, 

Comme le dit une célèbre marque « ce n’est pas de la magie, c’est de la science » et comme nous le valons bien, je vais vous expliquer ce qu’est l’acide hyaluronique et son intérêt pour notre peau. 

L’acide hyaluronique (AH) a été découvert dans les années 30 et tient son nom de l’humeur vitrée (hyalos pour vitreux en grec et acide uronique), c’est un GAG (GlycosAminoGlycane)  présent dans nos tissus et pour imager, on peut dire que c’est le gel qui va aider nos articulations à « glisser » entre elles ou encore permettre à notre peau d’être pulpeuse puisque ce gel remplit l’espace entre nos cellules. La qualité et la quantité d’acide hyaluronique diminuent au fil du temps. 

L’AH est utilisé dans de nombreux domaines médicaux et dans l’esthétique/cosmétique en injections ou dans les soins de beauté. Autrefois extrait des crêtes de coq, on obtient aujourd’hui l’acide hyaluronique grâce à la fermentation bactérienne (de blé par exemple). En fonction de son poids moléculaire, son pouvoir pénétrant est plus ou moins profond. Un AH à haut poids moléculaire hydratera en surface et aura un rôle de protection, alors qu’un AH à bas poids moléculaire traversera l’épiderme pour stimuler les mécanismes anti-âge tels que la production de fibres de collagène et l’hydratation (l’AH est une éponge qui peut retenir 1000 fois son poids en eau)… Et on ne le dit jamais assez, une peau bien hydratée est une peau en pleine santé !

Pour résumé, l’acide hyaluronique est l’actif phare de ce siècle et pour cause : il est naturellement présent en nous. En utilisant des produits à base d’AH, nous préservons notre capital jeunesse et ainsi, retardons les effets du temps… alors vive l’acide hyaluronique et vive la science !

A très vite !

Bien cosmétiquement,

Laeti

Dis Laeti, c’est quoi un bon gommage ?

Bonsoir mes cosmeti-lecteurs,

Ce soir, j’ai envie de vous parler du gommage, j’ai même envie de vous dire qu’il devrait s’appeler « gomme-âge ». En effet, qu’il soit pour le visage ou le corps c’est un produit à avoir dans son cosmeti-vanity pour éliminer les impuretés et cellules mortes plus profondément qu’un simple nettoyage. En revanche, inutile d’en abuser (une fois par semaine c’est bien) au risque de décaper le film protecteur de votre peau… Une peau lisse et douce oui, une peau décapée et dénutrie, non merci ! L’objectif est de faire peau neuve en douceur, un bon « gomme-âge » est un gommage adapté à votre peau.

Pour le visage, une peau mixte à grasse aimera sentir les grains travailler au contact de sa peau (gommage mécanique). Une peau plus sèche et/ou sensible préférera la douceur en optant pour un gommage avec des grains doux ou un gommage enzymatique (les enzymes grignotent les cellules mortes et évitent ainsi le frottement susceptible d’irriter). Et enfin les personnes qui traquent les signes de l’âge pourront opter pour un peeling aux acides de fruits (AHA/BHA) qui travaillent en surface l’éclat et plus en profondeur dans l’épiderme en le restructurant.

Pour le corps, privilégiez le plaisir ! Il doit nous laisser une peau douce et belle à croquer ! Petite recette naturelle de Sarah : de l’huile de coco à faire fondre tout en y mélangeant du sucre… à croquer je vous dis ! Et si on veut gommer l’âge du corps (et les capitons qui vont avec) on mélange deux cuillères à soupe de marc de café (what else) à deux cuillères à café d’huile d’argan.

Soyez vigilant sur la compo notamment sur un ingrédient : le polyéthylène, présent dans beaucoup de gommages (car peu cher et tout doux), ce n’est ni plus ni moins que… du plastique (pas fantastique n’est-ce pas ?). A bon entendeur sur ce point.

Enfin on évitera de mettre son gommage en contact avec les yeux et les muqueuses et on profitera de ce moment de bien-être pour appliquer un masque ou une crème juste après (le gommage permet une meilleure pénétration des actifs beauté).

Prenez-soin de vous,

Cosmetiquement,

Laeti

 

 

 

 

Dis Laeti, Aloe Vera ou Aloe Vera pas ?

Et bien mes cosméti-lecteurs, Aloe Vera !

Cette plante renferme un cocktail nutritif pour l’organisme (et pour ce qui nous intéresse le plus ici, la peau) fabuleux ! Des vitamines, des minéraux, des acides aminés, des enzymes pour une peau hydratée, protégée, réparée, apaisée… bref chouchoutée !

Sous forme de gel (ma formule préférée), l’Aloe Vera se conserve idéalement au frigo pour assurer pleinement son rôle réparateur, régénérant et… du coup raffermissant des tissus cutanés. Les brûlures superficielles, les coups de soleil, les irritations (dues au rasage par exemple) ne lui résisteront pas. Il pourra apporter du réconfort aux personnes souffrant de psoriasis ou d’eczema. En résumé, une peau sensibilisée (ou un cuir chevelu) pourra à son contact ressentir un apaisement immédiat et une réparation en quelques applications.

De nombreux produits contiennent cet actif performant et naturel, vous le trouverez sous le nom d' »aloe barbadensis » notamment en plus ou moins grande concentration.

Un esprit sain enveloppé d’une peau saine, voilà ce que m’inspire cette plante que je vous invite, vous l’aurez compris, à tester sans tarder sous la forme que vous souhaitez.

A vite !

Cosmétiquement,

Laeti

Dis Laeti, c’est quoi les PEG ?

Bonsoir cosméti-lecteur, bonsoir cosméti-lectrice,

Si vous retournez l’un de vos produits de beauté chouchou et que vous lisez la compo, il y a de fortes chances qu’un PEG ou l’un de ses dérivés s’y trouve… mais alors c’est quoi un PEG ?

Un PEG est un PolyEthylène Glycol, ça sonne bien chimique me direz-vous… et pour cause ça l’est ! Attention, je vous dis ce qu’est un PEG mais je ne dis pas que c’est mal (ça c’est à vous d’en juger), pour preuve l’image à la une est une photo prise par mes soins d’un de mes produits du moment.

Énormément de produits en contiennent, même ceux qui se revendiquent naturels, sans parabens etc, ils sont utilisés en qualité d’humectant ou d’émulsifiant essentiellement. Ils sont obtenus par éthoxylation, procédé controversé à cause du gaz utilisé, l’oxyde d’éthylène, peu biodégradable. Pour notre santé, ils ne représenteraient pas de danger.

Mais dis Laeti, c’est quoi un humectant ? J’ai fait appel à Larousse pour vous donner une définition officielle : Humectant / Humectante : Se dit d’une substance cosmétique qui absorbe l’eau ou aide une autre substance à retenir l’humidité au niveau cutané.

Encore une question Laeti : c’est quoi un émulsifiant ? Et là c’est une rousse (moi) qui va y répondre : c’est un agent qui permet d’obtenir un mélange homogène de deux matières premières non miscibles entre elles telles que l’eau et l’huile.

A très bientôt !

Bien cosmétiquement,

Laeti

 

 

 

 

Qui es-tu Laeti ?

Chers Cosmeti-lecteurs,

Avant de poursuivre la publication d’autres articles, je me présente à vous :

Je suis Laetitia et je suis passionnée par l’univers de la beauté depuis l’enfance. J’en ai fait mon métier puisque je conseille au quotidien des consommateurs sur leurs produits de beauté et sur les compléments alimentaires.

J’ai 33 ans, une formation d’esthéticienne-cosméticienne et depuis quelques mois, je m’intéresse en plus de la cosmétique à la nutrition, à la phytothérapie, aux huiles essentielles…

L’idée de ce blog est venue d’un constat simple : mon entourage, les consommateurs que je rencontre ne savent plus quels produits consommer. Les différentes polémiques sur les ingrédients qui se trouvent dans nos assiettes ou nos étagères de salle de bain, l’ère du bio ou encore du « do it yourself » montrent une certaine prise de conscience de beaucoup d’entre nous sur notre façon de consommer.

Pour ma part, je cherche juste à comprendre et à connaître ce que nous consommons, à consommer en toute connaissance de cause en somme. Je ne parlerais pas d’un produit précis portant une marque précise, je parlerais plus d’ingrédients, de catégories de produits, de généralités sans accuser ni dénigrer qui ou quoi que ce soit. Mon souhait est de vous faire partager mes connaissances, mes recherches et mes expériences.

L’équilibre et le respect seront très présents dans ce blog, je pense que la plupart des personnes aujourd’hui piochent un peu partout, c’est mon cas. Nous avons des produits de beauté (et des produits tout court d’ailleurs) de marques divers (bio ou non) et certains même en plus de ces produits appliquent de temps à autre une recette maison (ou cuisinent un bon petit plat entre un produit surgelé et une sortie au resto).

Sarah, une amie et alliée très précieuse interviendra très certainement prochainement sur ce blog. Elle et moi pouvons discuter des heures de ces multiples sujets autour de notre passion commune. En plus du « Dis Laeti ? » attendez vous donc au « Dis Sarah ? » !

Je reste à votre écoute et vous dis à bientôt !

Bien cosmétiquement,

Laeti

 

 

Laeti, Sulfates or not Sulfates ?

Tremblez Sulfates !

En effet, de plus en plus de cosméti-conso ne veulent plus de vous ! Et pourtant, depuis des décennies, vous bullez tranquillement sur nos peaux et nos jolies têtes… alors pourquoi de plus en plus de marques (souvent bio) mettent-elles en avant le « sans sulfates » ?

Parce que les Sulfates (Sodium Laureth Sulfate pour le plus courant) et les problèmes d’irritations cutanées semblent liés. Un sulfate est un tensio-actif (utilisé également et à l’origine dans les produits ménagers) permettant d’éliminer les impuretés et le gras. Conséquences d’une utilisation trop répétée de Sulfates : irritations, pellicules, démangeaisons, déséquilibre du film hydro-lipidique…

Les produits sans sulfates sont nettement moins moussants, celles et ceux qui veulent se lancer dans le « sans sulfates » sont prévenus… ça va moins buller !

De nombreuses alternatives existent en plus des produits sans sulfates : le savon d’Alep (tradi évidemment), le Shikakaï, le Rhassoul, les huiles essentielles (bien dosées, bien ciblées et bien diluées), le shampoing sec, les œufs frais… on nettoie en douceur et en prime on voyage (le poulailler ça a son charme aussi, non ?) !

Comme tout est une question d’équilibre et de conscience, il faut davantage se poser la question lorsque l’on rencontre un problème de peau particulier et lorsque c’est pour nettoyer l’épiderme fragile de nos bambins. Si vous adorez votre gel douche à la fraise (et aux sulfates), pensez à bien hydrater votre peau après votre partie de bulles !

Cosmétiquement,

Laeti

Dis Laeti, c’est bien le savon d’Alep ?

Oui ! Ce savon a tout bon !

Le savon d’Alep s’utilise par toute la famille, des pieds à la pointe des cheveux ! Ce produit ancestral de fabrication artisanale n’est autre que… le premier savon dur (bien avant son petit frère le savon de Marseille).

Au VII ème siècle, les savonneries se développent à Alep où deux ingrédients y sont abondants : l’huile d’olive et l’huile de baie de laurier. Depuis, la formule et le procédé restent inchangés, on ajoute aux deux huiles précédemment citées de l’eau et de la soude végétale (hydroxyde de sodium). Il faut 6 mois minimum pour qu’un savon soit commercialisé, il reste sagement à l’abri de la lumière le temps d’être prêt à envelopper la peau de ses lipides réconfortants.

Le savon d’Alep est bien toléré par les peaux délicates, apprécié par nos petites mimines trop souvent en contact de l’eau ou encore permettra à ces messieurs de se raser en douceur… Alors, c’est bien le savon d’Alep non ?

Cosmétiquement,

Laeti

Dis Laeti, c’est quoi une Cold Cream

Une Cold Cream ou Cérat de Galien est une crème apportant une sensation de fraîcheur à la peau.

La recette initiale (irréalisable aujourd’hui puisqu’elle contenait du blanc de baleine) date du 2ème siècle et fut mise au point par Claude Galien, grand médecin grec de l’Antiquité.

La cold cream est la doudoune de l’épiderme (et cette hiver la doudoune est tendance !), elle protège la peau et la nourrit. On l’utilise sur chaque membre de la famille, en application locale en cas d’irritation ou de sécheresse ou encore sur l’ensemble du visage et/ou du corps pour apporter du réconfort.

De nombreuses marques ont leur Cold Cream mais si vous voulez la votre il vous faudra ces trois ingrédients : de la cire d’abeille à faire fondre à laquelle on ajoute de l’huile végétale d’amande douce et de l’hydrolat de rose… Un remède cocooning vieux comme le monde pour un hiver tout doux !

Cosmétiquement,

Laeti

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑